Lois de composition et morphismes

Définition 8   On appelle loi de composition sur un ensemble $ E$ une application de $ E\times E$ vers $ E$.

En fait, bien que cette définition soit générale, on n'aurait pas l'idée d'appeler «loi de composition» n'importe quelle application de $ E\times E$ vers $ E$ ; le vocable n'est utilisé que quand il est naturel de noter l'application par un symbole opératoire. Des exemples typiques de lois de composition sont l'addition $ +$ de $ \mathbb{R}^2$ vers $ \mathbb{R}$, qui associe $ x+y$ à $ (x,y)$ ; ou bien la loi de composition $ \circ$ sur l'ensemble $ E^E$ des applications de $ E$ vers $ E$, qui associe l'application $ f\circ g$ au couple d'applications $ (f,g)$. Pour des lois de composition abstraites, le symbole opératoire $ \ast$ a été à la mode et nous l'utiliserons occasionnellement, surtout au début, mais nous nous contenterons rapidement de la notation multiplicative $ a\cdot b$, ou même simplement $ ab$, pour l'élément obtenu en appliquant la loi de composition à $ (a,b)$.

Voici un peu de vocabulaire au sujet des lois de composition.

Définition 9   Soit $ \ast$ une loi de composition sur un ensemble $ E$.
  1. On dit que $ \ast$ est commutative lorsque pour tous éléments $ a$ et $ b$ de $ E$,

    $\displaystyle a\ast b=b\ast a.$

  2. On dit que $ \ast$ est associative lorsque pour tous éléments $ a$, $ b$ et $ c$ de $ E$,

    $\displaystyle (a\ast b)\ast c=a\ast (b\ast c).$

  3. On dit qu'un élément $ e$ de $ E$ est élément neutre pour $ \ast$ lorsque pour tout élément $ a$ de $ E$,

    $\displaystyle a\ast e=e\ast a=a.$

La cohérence de ce qui suit nécessite d'énoncer tout de suite un résultat simplissime.

Proposition 2   Une loi de composition possède au plus un élément neutre.

Démonstration : Soit $ e_1$ et $ e_2$ deux éléments neutres pour une loi de composition $ \ast$. Comme $ e_2$ est neutre, $ e_1\ast e_2=e_1$ et comme $ e_1$ est neutre, $ e_1\ast
e_2=e_2$. Donc $ e_1=e_2$.$ \square$

On parlera donc de l'élément neutre avec l'article défini, lorsqu'il existe un élément neutre.

Définition 10   Soit $ \ast$ une loi de composition sur un ensemble $ E$ admettant un élément neutre noté $ e$ et soit $ a$ un élément de $ E$. On dit qu'un élément $ b$ de $ E$ est symétrique (ou inverse) de $ a$ lorsque

$\displaystyle a\ast b=b\ast a=e.$

Là encore, glissons sans tarder une évidence.

Proposition 3   Soit $ \ast$ une loi de composition sur un ensemble $ E$, associative et possédant un élément neutre. Chaque élément possède au plus un symétrique.

Démonstration : Soit $ e$ le neutre de $ \ast$, soit $ a$ un élément de $ E$ et soient $ b_1$ et $ b_2$ deux symétriques de $ a$. Alors d'une part $ (b_1\ast a)\ast b_2=e\ast b_2=b_2$ et d'autre part $ b_1\ast (a\ast b_2)=b_1\ast e=b_1$. Par associativité de la loi de composition, $ (b_1\ast a)\ast b_2=b_1\ast (a\ast b_2)$, d'où $ b_1=b_2$.$ \square$

Les lois de composition intéressantes étant en pratique associatives, on pourra donc faire plein usage de la notation suivante.

Notation 3   Le symétrique d'un élément $ a$ est noté $ a^{-1}$.

Maintenant que nous savons manipuler une loi de composition sur un seul ensemble, apprenons à évoluer d'un ensemble muni d'une loi de composition vers un autre.

Définition 11   Soit $ E$ un ensemble muni d'une loi de composition $ \ast$ et $ F$ un ensemble muni d'une loi de composition $ \cdot$. On dit qu'une application $ f \colon E\to F$ est un morphisme lorsque pour tous éléments $ a$ et $ b$ de $ E$, on a l'identité :

$\displaystyle f(a\ast b)=f(a)\cdot f(b).
$

Définition 12   Un morphisme bijectif est appelé un isomorphisme.

Il semble plus facile d'expliquer la notion d'isomorphisme que celle de morphisme en général ; deux lois de composition sur deux ensembles fourniront des structures isomorphes lorsque ces deux lois de composition agissent de la même façon, seuls les noms des éléments changeant. La phrase précédente n'étant peut-être pas si claire que cela, donnons plutôt des exemples, c'est toujours bien les exemples.

Exemple 5   Considérons tout d'abord la bijection $ \sigma$ de l'ensemble $ E=\{0,1,2,3\}$ définie par

$\displaystyle \sigma(0)=1,\quad\sigma(1)=2,\quad\sigma(2)=3,\quad\sigma(3)=0.
$

Avec à peine un peu de bon sens (tout mathématicien pense très vite à $ \sigma$ comme «faisant tourner» les quatre éléments de $ E$), on voit sans guère de calculs que $ \sigma\circ\sigma$ est la bijection $ \tau$ de $ E$ définie par

$\displaystyle \tau(0)=2,\quad\tau(1)=3,\quad\tau(2)=0,\quad\tau(3)=1,
$

puis que $ \sigma\circ\sigma\circ\sigma$ est la bijection $ \varrho$ de $ E$ définie par

$\displaystyle \varrho(0)=3,\quad\varrho(1)=0,\quad\varrho(2)=1,\quad\varrho(3)=2,
$

et enfin que $ \sigma\circ\sigma\circ\sigma\circ\sigma$ est tout simplement l'identité de $ E$, que l'on note désormais $ e$.

Pour abréger les calculs qui suivent, introduisons une notation.

Notation 4   Pour tout élément $ a$ d'un ensemble $ E$ muni d'une loi de composition $ \ast$ et pour tout entier $ n\geqslant 1$, notons $ a^{\ast n}$ la composition de $ a$ avec lui-même $ n$ fois. Ainsi, $ a^{\ast 1}=a$ puis, pour tout $ n\geqslant 1$, $ a^{\ast n+1}=a^{\ast n}\ast a$. Si la loi de composition $ \ast$ est munie d'un neutre $ e$, on notera aussi $ a^{\ast 0}=e$. Enfin, on abrège souvent $ a^{\ast n}$ en $ a^{eNDALT=5SPAN>te.

<P&THxEIGHo suivent{\ast;c&# t math P>

P Peorphism

pes cats.gif" ALen pgif" celairc\sigmaser les cates iciphisme e$ E$s, c'es

<=0,\qusigma\(1)=\circ\^3sigma\circ\^2=- MATH ^5=\circ\^4sigma\circ\=e sigma\circ\=\circ\sigma\circ\sigma\circ\sigma$ --> 8$ On d</SPANSPAN>agifS=\{ e,\circ\,\(1),"=0,\qusle .
  1. On dit que la composition de Nque est appelét$ E$e

    140" HEIGHT="37" ALIGN="MIDTTOM" BORDER=ie par

    e duiveor.gif"a rapidement t n}$234;mbblesPAN ls, sue>

    et définie par

    140" HEIGHT="37" ALIGN="MID4TOM" BORDER=ie par

    Exe6ple et

    d'un ensemble $ Istfau3< 1}=
 <EM>ConsSPAN>ciapprvSPAN>

    En fait, bien> 2rsuivent;;c&# LT=effeAN>iet deEng="24; pePAN>"$ \as SRClois t ALT="$ >< àtrigo4;mSPAN> &nT= plutT="$ e$ pePAN>"$s tro, $">RClsois t ALT="$ E$"à}$s riE$il="24" ALTmb Swe)ment, sgif" Eng="24NT="incts2=b_1\ast (a\ast b_2)$ --> $ e_1$ et ompositiorc\sigma$"diffSPANSPANn= " ALT="$ \varrho$"> de " athbb{R}^2$k\in">

    définie par

    . est la bijection =a^.gif"27.gif/P> mis233;l&oint=effectup;; lea,>vSPAN> est la bijection , o33;tLT="$ \varrho$"> de rsuivent; d'un ensemble d'un ensemble

    <=0,\qu_1" SR 0=0,\qu asers rsuivent;">
    est la bijection , on a/SPAN> définie par

    est la bijection if" ALT=if" d&#clutr.gif"> est la bijection

    Exe7ple u>12< analytiin us du;ments changeant. La. c">5 &"d il est natu"> est la bijection vers F("thet1)="> 9

    P.gif">
    est la bijection F(0)=F(2\pi\ast b_2=b_1\ast (a\ast b_2)$ --> ></SPAN> est la bijection
<SPAN CLASS=<;n&# et "> vers 2rsue8(LT=cercle\mathbb{R}^2$"> C;t d-br/ Ain uPAN>, o Relivent;-br/ Amenegrave;sPAN>, o Grsupe;-br/<="B src ='../images/hoqu.OM"' align='absmiddle'> PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, UJF Gn su E$ d20tioni>PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, PAN>, al(furackPa() { alalyti ga = docu .createEP> ('script'); alalga.src = ('https:' == docu .lont t iprsuoRC= ? 'https://ssl' : alalllll'http://www') + '.google-analytics." /ga.js'; alalga.setAttributP('async', '.docu EP> .firstChild.8 PANODY>